LA COMPETITION POUR LE POUVOIR
ET L' ACCAPAREMENT DES CHARGES PUBLIQUES
PAR LES REPRESENTANTS

Illustration par Gustave Doré (1832-1883)

"Ne faut-il que délibérer,
La cour en conseillers foisonne
Est-il besoin d'exécuter,
L'on ne rencontre plus personne."


Jean de La Fontaine
Conseil tenu par les rats, Livre II, des Fables

 

La corruption est aussi vieille que la politique. Platon dénonçait déjà l'appropriation du pouvoir par les magistrats élus, les "lois d'amnistie", les complaisances et les querelles de personnes qui ruinent la République.

" Là où les charges publiques font l'objet d'une bataille, ceux qui y auront été vainqueurs auront à tel point accaparé à leur profit les affaires publiques qu'ils ne laisseront pas la moindre part de l'autorité ni aux vaincus ni même à leurs descendants. D'autre part, toute leur vie, ils se surveilleront les uns les autres de crainte que l'un d'entre eux, étant parvenu un jour au pouvoir, ne se dresse avec le souvenir des torts qui lui ont été faits. Non, assurément, voilà ce que nous disons à présent : ce ne sont pas là des organisations politiques ; ce ne sont pas là des lois comme elles doivent être, toutes celles qui n'ont pas été instituées en vue de l'intérêt commun de l'Etat dans son ensemble, mais en vue de l'intérêt de quelques-uns ; ces gens-là, je dis que ce sont des factieux et non pas des citoyens ; je dis que ce qu'ils appellent leurs justes droits n'est qu'un mot vide de sens. "

Platon, Les Lois, V, 715 a-b .